fr_FR
À propos de KnowesiaContact

Blog

Prédictions numériques dans le secteur de la santé pour 2015

Avec les dernières innovations technologiques comme les smartphones, les médias sociaux, le cloud et l’analyse des données, les moyens et budget en solutions informatiques seront valorisés dans le but d’améliorer l’efficacité opérationnelle.
La consumérisation des NTIC contraint les professionnels de la santé à modifier et actualiser leurs outils et supports informatiques. Les responsables de systèmes d’information sont alors sous pression pour fournir à leurs établissements des solutions rapides, évolutives, intuitives et mobiles.
Mais les experts informatiques doivent aussi savoir concilier la facilité d’utilisation avec le besoin en sécurisation des données pour protéger le caractère confidentiel des dossiers patients. Cette nécessité de transformation a déclenché un débat dans tout le secteur de la santé, donnant suite à des opinions variables mais avec, pour sûr, l’implication de toutes les organisations.
Je vais partager avec vous les différentes impressions dont témoignent plusieurs spécialistes de la santé et, les quelques pistes technologiques qui, je pense, répondront aux exigences du secteur.

Le secteur de la santé entreprend une relation client Mobile

La satisfaction du patient sera toujours plus au centre des préoccupations pour le considérer désormais comme un client. L’amélioration du service doit alors amener les acteurs de la santé à concentrer leur attention sur le patient, qui devient pour eux, un réel consommateur qui leur permettront de maintenir leurs bénéfices. Dans cette optique, le Mobile sera une direction pour y parvenir.
Avec une utilisation des smartphones très présente au sein des acteurs de la santé, les stratégies cross-canal vont alors conquérir les établissements.
On peut déjà noter les très nombreuses applications de conditionnement physique actuellement mises sur le marché et le succès des objets connectés auprès des personnes soucieuses de leur bien-être.
Enfin, cette tendance est une opportunité pour les établissements de santé qui devront mettre en place des solutions mobiles pour garder le contact et mieux suivre les patients.
Il est temps pour le secteur de la santé de satisfaire le personnel avec des outils performants et des solutions efficaces. Il n’est pas normal aujourd’hui, je pense, que le personnel de la santé ait des smartphones ou des équipements personnels bien plus puissants que ce qu’ils n’utilisent sur leur lieu de travail. Offrir des équipements et des solutions de qualité permet d’offrir un meilleur service, une fluidité dans le traitement des cas et donc indirectement plus de bénéfices.

Utilisation du cloud

Réduire la charge des serveurs informatiques et faire des économies d’échelle est assez courant pour les techniciens informatiques des établissements de santé. Néanmoins, l’utilisation du cloud n’est pas tout à fait exploitée par les professionnels de la santé, dans l’application de leur expertise métier et dans la gestion de l’information.
Ces prochaines années, les professionnels de la santé migreront de plus en plus vers le cloud. Aujourd’hui, 69% des organisations déclarent avoir au moins une application dans le cloud et 18% prévoient une migration dans les 12 mois à venir. Si ces établissements parviennent à stocker une partie de leurs informations, les fournisseurs de cloud seront en mesure de développer des applications et des programmes bien plus performants grâce à l’analyse des données et par conséquent des besoins.
Les applications et programmes de santé permettront aux patients de bénéficier de meilleurs soins et services.

Une meilleure interopérabilité*

Actuellement, l’interopérabilité repose sur 3 éléments fondamentaux et tend à s’améliorer, avec un objectif de niveau européen.

  1. Une légitimité réglementaire : développement des règles d’interopérabilité des systèmes d’information de santé avec les confrères européens.
  2. La Gouvernance : mettre en place un processus de concertation pour choisir des standards et réaliser des consensus avec les autres pays.
  3. Développement d’infrastructures communes : aller au-delà de la carte vitale, de la carte de professionnel de santé, du DMP, en évoluant vers des infrastructures qui améliorent davantage le fonctionnement.

Le manque d’interopérabilité des programmes et des bases de données, est souvent la cause d’un travail plus complexe à réaliser. Par conséquent, les patients sont insatisfaits concernant le temps et la qualité de service et les professionnels peinent à collaborer avec des confrères européens. Il fait perdre un temps précieux et un potentiel collaboratif aux professionnels de santé.
Avec le développement d’applications plus performantes et l’utilisation du cloud, la liaison entre ces différents outils sera un des objectifs clés pour parvenir à un système efficace.
En effet, les solutions et applications utilisées seront connectées entre elles pour pouvoir traiter et transmettre les informations de façon fluide.
Cela permettra le partage de bases de données et donc le transfert des patients dans des services ou des établissements, beaucoup plus facilement.
D’autre part, pour que ces solutions interopérables soient réellement efficaces, il faudra qu’elles soient multilingues.

*L’interopérabilité repose sur le code de santé public (c.f article L1111-8). Il permet de définir un rôle précis à l’hébergeur de données de santé pour que le système de santé soit conforme au référentiel d’interopérabilité et pour répondre aux besoins du système d’information santé.

Sécurisation des données

Dans un contexte de partage et de transfert des données, il est une priorité de sécuriser le système. Les experts informatiques travailleront davantage sur la sécurisation pour mettre en place des solutions compatibles avec l’usage des données fait par les professionnels et la protection contre les menaces informatiques.
Les solutions et programmes étant de plus en plus sophistiqués, il faudra éliminer le plus de risques d’intentions malveillantes possible…

 

Nous pourrions faire encore plus de prédictions avec notamment l’exploitation des données mobiles, sociales et applicatives. Elles permettraient aux professionnels de santé d’approfondir et de personnaliser les soins avec un suivi alimentaire, sportif etc…
Nous n’en sommes pas loin mais il nous reste encore quelques étapes à franchir et ce n’est donc pas au programme de cette année 2015.


Knowesia permet de créer des supports multilingues et, de connecter les différents programmes et bases de données entre eux.
C’est un progiciel qui permet de créer des solutions d’assistance, de guidage pour la bonne application et le partage de l’expertise métier.
Téléchargez gratuitement Knowesia
Découvrir les fonctionnalités de Knowesia

Vos réactions